« Septembre 2017 »
Septembre
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

Calendrier d'activités

Aujourd'hui

MRAC
Leuvensesteenweg 13
3080 Tervuren - Belgique
Tel. (+32) 02 769 52 11
Fax (+32) 02 769 52 42

 

Sciences de la Terre

***Bien que le bâtiment du musée soit fermé pour rénovation,
les activités de recherche scientifique continuent à Tervuren.***

earthsciences2Le département des Sciences de la Terre mène des recherches géologiques et environnementales très diverses dans de nombreux pays d’ Afrique : Afrique du Sud, Algérie, Burundi, Cameroun, Éthiopie, Gabon, Kenya, Mali, Maroc, Ouganda, RD Congo, Rwanda, Tanzanie et Zambie. 

  • Les géologues et géochronologistes s’intéressent particulièrement à la géodynamique du Rift africain, du craton du Congo, des régions sahariennes précambriennes (> 542 Millions d’années) et à la genèse des ressources minérales.
     
  • Les cartographes utilisent des GPS (Global Positioning System) et l’imagerie satellitaire pour produire de nombreux types de carte (géologiques, aménagement du territoire, de risques…) et pour surveiller les déformations de la croûte terrestre, notamment dans le bassin du Congo et le long du Rift.
     
  • Les spécialistes en télédétection quantifient certains risques géologiques : les émissions de CO2 des volcans ; les volumes de laves émis par les volcans actifs. Ils analysent en outre avec des tectoniciens les mouvements du sol associés aux tremblements de terre.
     
  • Dans des laboratoires de haute technologie, les géochimistes analysent de nombreux paramètres chimiques et isotopiques dans les roches, les sols, les eaux et la biosphère. A l’aide des isotopes du silicium dans les formations de l'Archéen (3800 – 2500 millions d’années), ils étudient l’impact des fluides hydrothermaux sur les débuts de la vie et sur la sédimentation. Ils mesurent la variabilité des climats et de la qualité des eaux en Afrique et en Europe à l’aide d’enregistreurs biologiques.
     
  • Les géomorphologues étudient les risques naturels hydrologiques causés par les changements de l’utilisation du sol, par les modifications du climat et par les séismes. Ils établissent des cartes des risques et étudient des mesures de prévention durables pour  éviter des situations catastrophique.
     

Nous transférons nos connaissances notamment à la société africaine et à la communauté scientifique via :

  • des publications scientifiques peer-reviewed,
  • des formations de scientifiques africains,
  • des programmes de coopération avec des institutions africaines,
  • des expertises géologiques pour les secteurs publics et privés,
  • la  promotion de travaux scientifiques d’étudiants belges et africains en deuxième et troisième cycle universitaire.

 

Lisez également le rapport annuel 2014 du MRAC (pdf - 19 MB), ou un rapport détaillé du département des Sciences de la Terre (pdf - 1 MB).

 

Actions sur le document