« Septembre 2017 »
Septembre
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

Calendrier d'activités

MRAC
Leuvensesteenweg 13
3080 Tervuren - Belgique
Tel. (+32) 02 769 52 11
Fax (+32) 02 769 52 42

 

La recherche au MRAC

***Bien que le bâtiment du musée soit fermé pour rénovation,
les activités de recherche scientifique continuent à Tervuren.***

 

Le Musée royal de l’Afrique centrale est une vitrine privilégiée sur le continent africain. Il est également un Institut de recherche dont l’expertise et les connaissances dans les sciences humaines et naturelles sont reconnues internationalement.

Près de 100 scientifiques et 150 étudiants et stagiaires explorent le continent et la société sous toutes leurs dimensions.

Les recherches s’articulent autour de 3 axes complémentaires :
- la gestion et la valorisation du patrimoine culturel et naturel africain,
- la recherche fondamentale
- l’expertise et les services scientifiques.

L’Institut de recherche partage ses connaissances et ses compétences avec des partenaires locaux et contribue ainsi au développement durable de l’Afrique.

L’Institut de recherche diffuse ses travaux via des publications, participe à des réseaux et des projets internationaux et place ses collections sur Internet. 
 

La recherche au MRAC


La recherche scientifique au MRAC est divisée en trois départements : sciences humaines, sciences de la terre, biologie.


Sciences humaines
Il n’y a pas une société africaine, mais bien des sociétés qui ont chacune leurs spécificités. Les comprendre implique l’étude des groupes et des hommes qui les composent, mais également l’étude des productions culturelles, des langues, des rituels, des musiques et des systèmes politiques.
Le travail de terrain est donc primordial ainsi que l’étude d’objets et de documents, sans oublier l’accroissement et la gestion des collections. Les linguistes, les musicologues, les ethnographes, les anthropologues, les historiens, les archéologues et les politologues du MRAC contribuent tous à une meilleure connaissance des sociétés africaines actuelles et passées. Cette approche multidisciplinaire facilite entre autres l’étude des colonisations et des décolonisations qui unissent l’Europe et l’Afrique.
Cette connaissance du passé favorise la compréhension du présent africain auprès du public et des scientifiques.


Sciences de la Terre
L’histoire géologique du continent africain est très ancienne et son étude envisagée à l’échelle planétaire permet de retracer les phases majeures d’évolution de la Terre.
Les géologues tentent de reconstruire ces différentes étapes à l’aide de techniques de pointe comme la télédétection, la géochimie et la géologie isotopique. Ils étudient également les minerais, des ressources qui ont toujours joué un rôle important dans l’industrialisation de l’Afrique centrale. Ils en déterminent la répartition, élaborent des cartes de référence et examinent particulièrement leurs processus de formation, afin de détecter leurs roches-hôtes avec toujours plus de précision.
En collaboration notamment avec des géomorphologues, ils analysent les catastrophes naturelles d’origine géologique et environnementale. Ils contribuent ainsi à limiter leurs effets, à anticiper les événements et à prévenir de nouveaux risques.


Biologie
L’Afrique est un immense réservoir d’espèces vivant dans des écosystèmes diversifiés très importants à l’échelle planétaire.
Les biologistes étudiant les poissons, les oiseaux, les reptiles et amphibiens, les mammifères et les invertébrés sont spécialisés en taxonomie. Ils contribuent ainsi à une meilleure connaissance de la biodiversité africaine et à la diffusion de ce savoir.
A l’aide de techniques de biologie moléculaire, les scientifiques procèdent également à l’identification génétique des spécimens zoologiques sur base de leur ADN.
Enfin, les biologistes du bois étudient les espèces présentes sur le continent notamment pour assurer une gestion forestière optimale et durable.
 

Expertises et services scientifiques


Outre sa participation active à des réseaux et projets internationaux, le MRAC est régulièrement consulté pour des avis et des expertises scientifiques par plusieurs organismes, dont :
 

  •   CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction): expertises à la demande du ministère de la Santé et participation au comité scientifique belge CITES, qui émet des avis sur des importations d’espèces animales et d’essences de bois menacées.
  •   WWF (World Wildlife Fund) : communication de données sur l’Afrique centrale pour établir la liste mondiale des hauts lieux de biodiversité et estimation du carbone stocké dans des écosystèmes forestiers tropicaux.
  •   IUCN (International Union for Conservation of Nature) : relevé des connaissances sur les espèces africaines pour l’élaboration annuelle de la liste des espèces menacées, la liste rouge.
  •   Douanes et service de répression des fraudes : identification d’espèces animales et d’essences de bois.
  •   Service bien-être animal : conseils sur les conditions de détention des animaux pour les particuliers et les organismes publics.
  •   La Défense : identification d’espèces d’oiseaux après un impact avec un avion.
  •   Cour Pénale Internationale de La Haye et services de migration : aide à la recherche de locuteurs et d’experts dans des langues africaines bien déterminées.

     

Brochure sur la recherche et les collections au MRAC (pdf - 3MB).

 

Regardez l'extrait vidéo sur la recherche scientifique au Musée royal de l'Afrique centrale
    

video

Actions sur le document