« Mai 2018 »
Mai
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31

Calendrier d'activités

Aujourd'hui

MRAC
Leuvensesteenweg 13
3080 Tervuren - Belgique
Tel. (+32) 02 769 52 11
Fax (+32) 02 769 52 42

 

Nouveau scanner à rayons X pour l’étude de spécimens zoologiques

Grâce au soutien financier de la Loterie nationale, la section des Vertébrés a fait l’acquisition d’un nouveau scanner à rayons X, soigneusement sélectionné sur base de critères de précision, de sécurité, d’entretien etc. Cet appareil offre aux chercheurs de nombreuses nouvelles possibilités.

xrays-2

Utilisations en systématique

Certains spécimens zoologiques de nos collections ont été récoltés il y a déjà plus de 70 ans. La prise d’images aux rayons X permet aux chercheurs d’étudier l’anatomie interne de ces organismes sans devoir disséquer, et donc endommager, ces précieux spécimens. En effet, les caractères anatomiques sont souvent utilisés en systématique. Quelques exemples :
- chez les caméléons, il existe une classification sur base de la complexité des poumons ;
- chez les serpents, une classification sur base de la position du cœur est étudiée ;
- chez les grenouilles, la morphologie de l’hyoïde et le nombre des vertèbres présacrées sont utilisés ;
- chez les poissons, la présence de l’organe de Weber est étudiée (ossifications autour de la vessie natatoire qui ont une fonction auditive).

 

Identification des sexes

Chez certains organismes, les organes génitaux sont internes. Ainsi, les hémipénis des serpents mâles sont gardés à l’intérieur du corps et ne sont sortis qu’au moment de l’accouplement. Il est donc généralement impossible de déterminer le sexe d’un serpent sans vérifier la présence ou l’absence des hémipénis ou la présence d’œufs. Grâce au scanner à rayons X, le sexe de ces individus pourra être déterminé, tout en gardant le spécimen intact.

Comptages et mesures

xrays-1Le scanner à rayons X produit des fichiers digitaux qui peuvent être exportés et manipulés avec d’autres logiciels. Ainsi, le comptage de vertèbres (mais aussi la description morphologique des nageoires - chez les poissons) sera plus précis et considérablement facilité. Certaines mesures, notamment sur des spécimens courbés (comme de nombreux serpents enroulés), peuvent être effectuées plus précisément. L’appareil permettra également de compter le nombre de côtes d’un animal ou le nombre d’œufs que porte une femelle par exemple. On espère même pouvoir visualiser et compter les dents, sans devoir abîmer la gueule.

Aspects techniques

L’appareil est une combinaison élaborée par MEDEX Loncin d’un générateur RX haute fréquence et de deux unités de captation digitale (une de type CMOS de haute résolution de 48 µm). Par interpolation d’images consécutives, le logiciel spécialisé permet d’obtenir une résolution jusqu’à 16 µm. 

 

xrays-4
La vérification du contenu de l’estomac ne pose plus de problèmes.
Sur cette image, on observe une grenouille qui se trouve dans l’estomac d’un serpent du genre Crotaphopeltis (cliquez pour agrandir).

Actions sur le document